L’essentage, une isolation traditionnelle par l’extérieur

Nicole Jehan, habitante du Mortainais, a utilisé une technique traditionnelle pour isoler sa maison. Nous l’avons interviewée pour découvrir les dessous de cette méthode appelée l’essentage.

Patrimoine mortainais : Depuis  quelques années, votre maison offre aux yeux des passants un pignon renouvelé.  Comment était votre maison lorsque vous l’avez achetée ? Etait-elle déjà une habitation ?

Nicole Jehan : Oui.  Elle est en pierre blanche de Mortain (dite « grès de Mortain NDLR). Dans le salon, on avait de la pierre apparente. C’était joli, mais on avait très froid, la pierre laissait passer le froid. On voulait isoler, mais de façon esthétique.

PM : En quelle année avez-vous fait faire l’essentage ?

NJ : Il y a cinq ans environ.

 

 

 

PM : La question intéressante est : quelles étaient les raisons qui vous ont poussée à isoler de cette manière ?

 

NJ : Une raison esthétique, par rapport à l’environnement. Par ailleurs, l’arrière avait des colombes qui dataient d’une centaine d’années.  Chez nous, c’est l’authentique … c’est qu’on le ressent, quand on va à l’essence. Pour le plaisir, pour le bonheur.  On le ressent.  Le vrai beau, on le ressent. Ce n’était pas pour faire joli.

C’est l’authenticité. Le vrai beau existe derrière l’authentique.

PM : Et concrètement, comment avez-vous procédé ?

NJ :  On en a parlé à M Baudron, qui nous a fait le colombage. Il connaissait quelqu’un dans le Massif Central qui fabriquait des essentes (1).  C’est le fils Baudron qui a fait le pignon.

—-

(1) Les essentes sont également taillées dans l’Orne, où travaillent plusieurs artisans spécialisés dans ce domaine.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.