Les pierres du Mortainais

A la différence de l’Orne ou du Pays d’Auge, nous évoluons  dans un pays de pierre. Le granit local fut la base des monuments et des maisons du Mortainais, de même que le grès et le schiste ; et, de Barenton à St Cyr du Bailleul, c’est la dolérite, une pierre noire, qui prédomine.

Le granit

Le granit roux de la Collégiale fut extrait d’un filon situé le long de la Cance, au Neufbourg.  Les traces de ce filon sont toujours visibles  sur la pente qui surplombe la rivière, au niveau du Pont Bossard. Pour les écrivains et les touristes, Mortain est caractérisé par le granit de la Collégiale. Le choix d’habiller les immeubles du centre ville de granit lors de la reconstruction (1944-64) lui a conservé cet aspect.

Mur de l’église de Notre Dame du Touchet, maçonnerie de granit

 

Le grès

De par leur localisation sur les contreforts du massif armoricain, les constructions de la ville de Mortain, et plus largement du Mortainais, sont caractérisés par l’utilisation du grès. Il existait une carrière à la Montjoie, qui figure sur nombre de cartes postales du début du XXe siècle, et qui a cessé d’être exploitée depuis 1926, date à laquelle le site a été classé.  Jusqu’à une date plus récente, sur le site de la Fosse Arthour, on exploitait la carrière du Gué-Safray.

   

Deux anciennes carrières de grès, à la Montjoie et au Gué Safray

 

La dolérite

Si on regarde attentivement les alentours de la chapelle Montéglise à Barenton, on remarque la présence dans quelques murs ou soubassements anciens, de pierres noirâtres, voire même noires. Ces pierres sont parfois taillées en moellons (c’est-à-dire en blocs réguliers), parfois utilisées tel quel, leur forme étant souvent arrondie. Il s’agit d’une pierre volcanique, la dolérite, dont il existe un filon à Barenton, ainsi que dans le Passais et le Domfrontais dans l’Orne.

   

A gauche, mur du cimetière à Montéglise (Barenton). A droite, soubassement d’une maison à Montéglise

 

Le schiste

Certaines localités du Mortainais se distinguent par des constructions anciennes en schiste cette fois. Ainsi, à St Hilaire du Harcouët ou à Juvigny-le-Tertre, on voit des maisons entièrement bâties dans cette autre pierre locale. On le voit également au niveau des cheminées, parfois mélangé à du grès. A l’heure actuelle, le schiste utilisé en rénovation est récupéré : il n’en existe pas de carrière dans le Mortainais.

Pignon en schiste, à St Hilaire du Harcouët

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.