*Robert de Mortain, fondateur de la ville

Demi-frère de Guillaume le Conquérant par sa mère, le Comte Robert de Mortain (1030/32 – 1103) doit notamment sa fortune à sa participation dans les conquêtes de son demi-frère. C’est parce qu’il a la pleine confiance de ce dernier qu’il obtient la direction du comté de Mortain, zone stratégique pour les Normands puisque limitrophe du duché de Bretagne.

On retrouve les traces de Robert aujourd’hui encore dans l’architecture de la ville.

Le nom du Comte Robert de Mortain reste en effet pour toujours associé à deux monuments marquants de la ville : le Château, et la Collégiale. Dans les deux cas, les bâtiments visibles aujourd’hui ne ressemblent guère à ceux qui furent construits sur les ordres du comte au XIe siècle et qui étaient le centre, politique d’une part et religieux d’autre part, de Mortain.

Il n’est pas certain que le château où se déroulait la vie de la cour de Robert ait été bâti par lui, car certains auteurs évoquent l’existence d’un château sur le piton rocheux qui domine la Cance dès le Xe siècle. Toujours-est-il qu’il y vécut en y tenant une cour splendide, si bien que son nom reste indissociable du lieu.

Nous avons plus d’informations concernant la Collégiale, dont la charte, ou document fondateur, existe toujours. L’église voulue par le Comte Robert fut construite de 1082 à 1095.  Lors de sa consécration, il fit venir son demi frère, Guillaume le Conquérant, son frère Odon, évêque de Bayeux, l’archevêque de Rouen, les évêques de Coutances et de Lisieux(1). Cette église était une « Collégiale »; plus précisément,elle était gérée par un groupe (un « collège », du grec « parler ensemble ») de seize prêtres, appelés chanoines. Un de ces chanoines devait assurer l’instruction des jeunes gens qui le désiraient (Le Lycée Robert de Mortain).

 

(1) La consécration d’une église peut avoir lieu avant la fin de sa construction, ce qui explique la présence de Guillaume, mort en 1087.

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Robert de Mortain : le Château, la Collégiale […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.