Le Pont Bossard

Le Pont Bossard, qui relie Le Neubourg à Mortain sur la voie d’accès utilisée jusqu’en 1754, est certainement bien antérieur à 1696.

 

 

En effet, à cette date, le roi Louis XIV ordonna aux Intendants du royaume (à peu près l’équivalent des nos Préfets de Région) de faire un rapport sur la province dont ils avaient la charge,  à la demande de son petit-fils, le Duc de Bourgogne, qui souhaitait que son propre fils apprenne à connaître son futur royaume. Nous savons que le successeur de Louis XIV, à savoir Louis XV, était son arrière-petit-fils. Il s’agit d’un manuel de géographie, sans doute le premier rédigé en France !

Hippolyte Sauvage, dans un article de La Revue du Mortainais (1), compare deux résumés qui avaient déjà été faits de ce document,dont une centaine des 700 pages est consacrée à l’Avranchin et au Mortainais, avec des notes qu’il avait sous la main.

Il est à noter que le bourg de Mortain est, à l’époque, composé de trois paroisses, celle de Mortain, à l’intérieur des remparts, celle du Rocher, la partie de la ville située à l’extérieur des remparts, et celle du Neubourg. Ce dernier, dit le document, fut « autrefois » relié à Mortain par un très beau pont en pierre d’environ vingt-cinq pieds de haut. Ce pont est décrit comme « à demi ruiné ».

Ce pont est donc très ancien. Il a été remanié à plusieurs reprises. Au milieu du XIXe siècle le Pont Bossard était (toujours) en dos d’âne.  Nous savons que les habitants du Neufbourg arguèrent de la difficulté d’accès à Mortain pour obtenir que leur village soit constitué en commune séparée de Mortain, à l’époque de la Révolution.  Le Pont Bossard devait en effet être difficile à franchir à partir du moment, au XVIIIe, où les voitures se généralisèrent.  En 1754 ce chemin ancien fut remplacé par celui qui passait par la Tête-à-la-Femme, les Quatre-Vents, et le Clos-Neuf.

2 réponses

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] filon de granit sur le territoire du Neufbourg,  à la limite de celui de Mortain, tout près du Pont Bossard, et que sa propre maison avait été bâtie au lieu de la […]

  2. […] Il est à noter qu’il ne se trouve aucune mention de ce pont en pierre dans le rapport de l’Intendant Foucault, rapport écrit en 1696, où l’auteur dit que tous les ponts du Mortainais étaient en bois, la seule exception étant  le Pont Bossard. […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.